garden party pop rock beauregard ou la vie de château les 2+3.4.5 juillet 2015 !

Harmonie inattendue, improbable alchimie entre un écrin de verdure dans un cadre majestueux et des artistes emblématiques aux identités aussi riches que multiples, tel est l’ADN du festival Beauregard au cœur de la Basse-Normandie, aux portes de Caen.

 

Petit retour historique. Non pas aux origines du château à l’architecture ciselée, mais à l’an 6 du festival. La 6e édition du festival Beauregard a réuni 82 000 personnes sur 4 jours dans une ambiance décontractée, chaleureuse et familiale, la fréquentation atteint un nouveau record. La programmation a tenu ses promesses alliant émotions, énergies et moments suspendus. Certains concerts sont gravés pour longtemps dans nos mémoires, notamment ceux de Portishead, Damon Albarn, Shaka Ponk ou Seasick Steve mais aussi Stromae, I AM, Disclosure ou Blondie. 2014 restera comme l’année qui a réuni succès public, médiatique et artistique. Cap sur la 7e édition. Depuis septembre, nous travaillons pour vous offrir le plus beau bouquet d’artistes possible, peu à peu la programmation s’est dessinée, a pris des ramifications inédites, des couleurs multiples réunissant jeunes pousses téméraires, majestueuses fleurs et arbres tutélaires. John vous invite dans son jardin et a cultivé cette programmation pour vous offrir les plus belles essences, la nature de la pop rock s’épanouira à Beauregard dans toute sa diversité et sa richesse.

Le jeudi 2 juillet, c’est désormais le nouveau jour du culte à Beauregard. Pour ce premier The Day Before, place aux monstres sacrés du hard rock : Scorpions précédés des flamboyants caennais Headcharger ainsi que les quatre suédoises de Crucified Barbara. Rendez-vous pour une grande messe électrisante, une communion grisante avec les Dieux du Rock.

 

Le Vendredi 3 Juillet

Des artistes charismatiques nous entraînent dans leurs univers aussi personnels qu’universels : mythique, inimitable et intemporel, Cypress Hill explorera de son flow unique les multiples horizons du hip hop US, Christine and The Queens, l’audacieuse, distillera totalement sa Chaleur Humaine et queerisera la scène de Beauregard tandis que Alt-J le phénomène pop de Leeds l’envoûtera tout comme le crooner raffiné, le dandy londonien Baxter Dury, Dominique A, nous invitera dans son sublime univers vers des contrées aussi somptueuses qu’insoupçonnées. L’ambiance deviendra chaude et humide, moite et luxuriante avec Jungle, l’ovni japonais Bo Ningen devrait déclencher une électrique stupéfaction alors que pour un final électro explosif, Étienne de Crécy officiera avec son Super Discount 3

Christine and the Queen à Deauville

Christine And the Queen photo Frédéric Lebourg / LEAIMAGE

 

Le samedi 4 juillet

Au menu du samedi 4 juillet, deux légendes vivantes du rock, deux artistes qui ont été à l’origine de deux groupes mythiques des années 80, l’un bassiste de légende de The Police, l’autre génie divin de la guitare des Smiths, Sting et Johnny Marr seront à Beauregard pour des shows d’anthologie, à leurs côtés, la frénétique jeunesse, la fureur et l’urgence des Strypes ou des Marmozets, la présence incandescente, flamboyante et la voix hors norme de la reine Florence + the Machine, l’énergie canaille de The DØ pour un choc esthétique addictif et exaltant, la charmante espièglerie et la sublime mélancolie de Julien Doré, Talisco qui nous emporte pour un road trip, une chevauchée sauvage entre americana et électro-folk, pour finir par un voyage sonore tout en élégance et en efficacité vers un immense dancefloor avec 2MANYDJS.

Le dimanche 5 juillet

Point de repos mais un bouquet final éclatant : l’affolant et charismatique Lenny Kravitz clôturera le festival mais avant cela Beauregard explorera de nombreuses voix : celle sans nulle autre pareille d’Asaf Avidan, ou celle d’un folk singer centenaire dans le corps d’un ado blondinet, George Ezra, la voie vers une pop mutante et hybride de Django Django ou encore la voix puissante tout en velours et intensité de Benjamin Clementine, la voix hantée, évocatrice, captivante de Timber Timbre sans oublier celle qui illumine la pop française si intime, romantique et racée en la personne d’Étienne Daho.

Lenny Kravitz  photo Frédéric Lebourg / LEAIMAGE

Lenny Kravitz
photo Frédéric Lebourg / LEAIMAGE

 

focus sur les artistes à ne pas manquer de notre prolifique région.

Le jeudi, Headcharger, le quintet caennais qui en 10 ans, 5 albums et plus de 600 concerts dont le Hellfest et le Sonisphere, a conquis la planète métal hexagonale. Le vendredi, Gomina est un véritable coup de cœur du festival, avec sa pop céleste élégamment déstructurée et chahutée par des nappes psychédéliques. Samedi, autre ambiance, brute et garage avec The Goaties, trois fils de Circassiens qui envoient un « Rock-Punk Des Collines ». Enfin, My Summer Bee, le dimanche, « une graine pop et sucrée, prête à éclater comme du maïs » selon les Inrocks.

La programmation ne serait pas complète sans les artistes hexagonaux proposés par nos partenaires que sont les festivals Musilac et Les Déferlantes. Pour Musilac ce sera duo Mountain Men, dont la musique universelle mélange blues, rock, folk et pop. Le groupe electric octopus orchestra viendra représenter Les Déferlantes. À noter que Gomina se produira en retour dans ces deux très beaux festivals.

 

mais beauregard, ce n’est pas seulement cela. C’est aussi un festival aux multiples visages, qui propose des spectacles de rue, des performances d’artistes, des interludes classiques, une fanfare junior, valorise les Beaux-Arts, offre au jeune public un espace kid aux multiples activités, qui met l’accent sur l’éco-responsabilité et le recyclage, sensibilise aux risques de notre temps et valorise sa belle région, tout cela au travers d’animations ludiques et pédagogiques.

C’est enfin un festival qui a misé sur le confort du public, des artistes et techniciens, des bénévoles. Bref, la volonté est que chacun s’y sente bien. Cette année encore, de nouveaux aménagements seront mis en place pour améliorer toujours et encore le bien-être de tous. Les espaces sont fluides, le cadre est enchanteur : le château de Beauregard, son parc aux arbres majestueux, digne d’un décor à la Barry Lyndon. Même le camping aux portes du festival est aménagé pour que les festivaliers y trouvent confort, détente et quiétude. Cette pluralité artistique et culturelle, la mise en valeur et le respect du site, la volonté d’offrir confort et bien-être font de Beauregard un festival atypique.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s