Le Code d’Esther et si tout était écrit

Au milieu du mois d’ octobre 1946. À la fin du procès de Nuremberg, Julius Streicher monte à l’échafaud. Avant d’être pendu, il lance : « Ce sont les Juifs qui vont être contents ! C’est Pourim 1946 ! » Hébétude dans le monde entier. Qu’a-t-il voulu dire ? Il est avéré que Streicher renvoi à une commémoration juive qui célèbre les épisodes relatés dans un texte biblique vieux de deux mille ans : le « Livre d’Esther ». Mais son annonce n’en demeure pas moins mystérieuse.

Ce fait authentique avéré est le point d’envol du Code d’Esther. Une aventure étonnant qui va emmener Bernard Benyamin et Yohan Perez de Nuremberg à Jérusalem, et des banques Suisse aux geôles de Landsberg, où Hitler écrivit Mein Kampf. De rencontres en divulgations, ils percevront que le Livre d’Esther enferme un message secret, et qu’ il existe entre l’ancien royaume Perse et l’Allemagne du IIIe Reich des analogies défiant la logique.

Cet étonnant scénario, digne d’Indiana Jones et du Da Vinci Code, n’a toutefois rien d’une invention ; tous les faits racontés dans ce livre sont en effet scrupuleusement certifiés. Pour pénétrer le « code d’Esther », Bernard Benyamin et Yohan Perez ont mené une grande enquête, questionné de nombreux savants juifs et historiens. Au terme de leurs enquêtes, ils soulèvent ici le rideau sur la prophétie la plus bouleversante du XXe siècle.

Widgets Amazon.fr

Une réflexion sur “Le Code d’Esther et si tout était écrit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s