Le Jeu du Mois « Assassin’s Creed : Révélations »

Que l’on apprécie ou non Assassin’s Creed, force est de reconnaître que la saga d’Ubisoft a su au fil des années se forger une véritable identité et séduire un public massif. Si bien qu’aujourd’hui, la suite des aventures du fantasque Ezio Auditore est attendue par des millions de fans impatients de découvrir le dernier épisode concluant la trilogie autour de l’assassin florentin. Cerise sur le gâteau, Ubisoft a promis que de nombreux secrets seraient levés dans le nouveau volet baptisé fort justement Revelations. Pour ce faire, outre un Ezio version quinquagénaire, le jeu mettra également en scène Altaïr dans des séquences forcément captivantes. Mais qu’on se le dise, cet Assassin’s Creed possède bien d’autres atouts dans sa manche. La preuve !

Assassin's Creed : Revelations

1511. Ezio Auditore da Firenze a quitté son Italie natale. Du haut de ses 52 ans, le fier assassin a décidé de se lancer un ultime défi. Longtemps guidé par une indéfectible envie de se venger, le Florentin souhaite cette fois trouver un sens à sa vie. Il part donc sur les traces de ses ancêtres, et notamment du plus célèbre d’entre eux, Altaïr, pour achever sa quête d’identité. Un voyage qui le conduit à laisser Rome derrière lui pour rallier Constantinople, l’un des noms adoptés par Istanbul au cours de l’histoire. Son objectif est précis. Il souhaite trouver cinq clés qui lui permettront d’avoir accès à la bibliothèque d’Altaïr, située dans la petite cité syrienne de Masyaf. Et ce, avant les templiers. Voilà donc Ezio lancé dans une course contre ses ennemis en plein cœur de l’Empire Ottoman.

Aperçu Assassin's Creed : Revelations Playstation 3 - Screenshot 27Le titre bénéficiera toujours d’une ambiance aux petits oignons.

Ce qu’il faut savoir dans un premier temps, c’est qu’Assassin’s Creed Revelations se situe 95% du temps à Constantinople. Le reste de l’aventure vous conduira à Masyaf et en Cappadoce. Dès la séquence 2, vous débarquez donc dans l’immense cité ottomane à la recherche de ces fameuses clés. L’occasion de découvrir une ville nettement plus anarchique que Rome ou Florence mais d’une richesse incroyable. Une nouvelle fois, Ubisoft Montreal a effectué un énorme boulot de reconstitution. On reconnaît sans mal la tour Galata, le palais Topkapi ou l’hippodrome, quelques- uns des monuments et lieux spécifiques de Constantinople. Il se dégage une atmosphère unique de cette cité à l’architecture typiquement orientale. Et pourtant, le moteur reste le même que celui utilisé sur Brotherhood. Mais comme d’habitude, les équipes de développement ont tiré pleinement parti des capacités de ce dernier. Le résultat est visuellement très satisfaisant. Certains effets lumineux sont tout simplement magnifiques alors que l’extraordinaire profondeur de champ stimule sans cesse notre envie de poursuivre nos folles envolées sur les toits constantinopolitains. Il subsiste bien quelques soucis de clipping et des ralentissements parfois gênants mais tout cela passe au second plan, loin, très loin derrière le plaisir que l’on ressent à chaque minute passée sur le jeu.

Aperçu Assassin's Creed : Revelations Playstation 3 - Screenshot 30Les mines antipersonnel permettent de poser des pièges bien fourbes.

L’autre différence entre Constantinople et les cités italiennes tient également à la population qui occupe les lieux. Si l’infâme famille Borgia avait la mainmise sur Rome, c’est l’empire Ottoman qui dirige la cité coupée en deux par le Bosphore. Et pour une fois, la population locale n’est pas fondamentalement hostile à Ezio. La police ne cherchera ainsi jamais à vous attraper sans raison valable. Mieux, les autorités, au courant des exploits passés de l’assassin, accueillent ce dernier en héros. A ce compte-là, le système de notoriété a d’ailleurs complètement changé. Mais on verra plus tard à quoi il sert exactement. Pour autant, des ennemis viennent tout de même vous mettre des bâtons dans les roues. Il s’agit des Byzantins, les templiers de Constantinople, qui se battent d’ailleurs avec les Ottomans pour récupérer la ville. Eux ne vous font en revanche aucun cadeau. Chaque fois qu’ils croisent votre route, vous êtes quitte pour un combat sanglant. A noter que les habitants, bien que généralement bienveillants, n’hésitent pas – comme d’habitude – à vous balancer quelques remarques bien senties lorsque vous grimpez sur leurs maisons. On note aussi l’apparition ou la disparition de certains éléments pour des raisons culturelles. On pense notamment aux courtisanes, complètement absentes de Constantinople.

Aperçu Assassin's Creed : Revelations Playstation 3 - Screenshot 31Leandros n’en a plus pour longtemps.

Globalement, Ubisoft a conservé la recette qui faisait le sel des épisodes précédents. Le joueur est ainsi totalement libre de ses mouvements dans la ville qu’il explore. Ezio a beau être âgé, il n’a rien perdu de son agilité légendaire. Il peut choisir de faire le malin sur les toits, de passer du temps sur diverses activités annexes comme recruter des assassins, confectionner des bombes ou rénover différentes parties de la ville mais aussi d’accomplir les missions principales dans l’ordre qu’il souhaite. En scrutant sur la map, on cherche alors les points d’exclamation pour aller parler à la bonne personne ou pénétrer dans le bon bâtiment. Régulièrement, le joueur aura le choix entre deux missions distinctes. L’une d’entre elles concernera directement le déroulement des événements dans la ville. Elle pourra être relative aux histoires des différentes relations d’Ezio ou aux luttes de pouvoirs qui rongent Constantinople. L’autre sera en lien direct avec Altaïr et la quête des clés.

Aperçu Assassin's Creed : Revelations Playstation 3 - Screenshot 33Les fans seront ravis de retrouver Altaïr.

De temps à autre, on pourra en effet aller les récupérer dans des endroits gorgés de pièges. Nous avons pu en dérober deux. A chaque fois, l’action se déroulait au sein d’une vaste grotte qui prenait la forme d’un parcours du combattant avec un chemin prédéfini particulièrement périlleux à suivre. On enchaîne alors les sauts improbables et les séquences d’escalades vertigineuses pour enfin récupérer le Graal. Clairement, ces passages ont été pensés pour en mettre plein la vue. Et cela fonctionne très bien. L’utilisation massive de scripts permet à Ubisoft de proposer des séquences rythmés et spectaculaires. Les décors s’effondrent sans cesse, laissant régulièrement Ezio – et vous par la même occasion – se débrouiller seul dans des situations délicates. Il n’est pas rare que notre ami assassin se retrouve suspendu à une corniche avec pour seul compagnon la promesse d’une mort certaine s’il ne parvient pas à se tirer de ce mauvais pas. Globalement, on note qu’Ubisoft a fait un énorme effort d’écriture pour offrir aux joueurs une aventure variée avec des scènes parfois étonnantes. On pense notamment à l’une d’entre elles au cours de laquelle Ezio doit se déguiser en ménestrel pour pénétrer dans un palais et éliminer diverses cibles en distrayant la foule à l’aide de chansons… provocantes !

Aperçu Assassin's Creed : Revelations Playstation 3 - Screenshot 35Décidément, les façons de mourir sont légion !

Régulièrement, les développeurs vous permettent d’incarner Altaïr à travers l’esprit d’Ezio (Inception, quand tu nous tiens…) dans une version étrangement juvénile. Non, ce dernier n’a pas subitement rajeuni. Il s’agit plus là d’un choix esthétique a priori. En tout cas, ces séquences permettent aux scénaristes d’introduire de nouveaux éléments éclairant le passé proche (celui d’Ezio) et le présent. Difficile d’en dire plus sans spoiler. On vous laisse donc le plaisir de découvrir ces moments riches en informations et en rebondissements. On peut juste affirmer que les flash-back s’imbriquent très bien dans l’histoire et qu’ils sont particulièrement captivants et plaisants à jouer.

Aperçu Assassin's Creed : Revelations Playstation 3 - Screenshot 36Les toits de Constantinople ne sont pas très fréquentables.

Si Assassin’s Creed Revelations propose un gameplay en apparence assez similaire à celui de ses prédécesseurs, plusieurs nouveautés viennent l’enrichir. On commence avec l’apparition de la lame-crochet. Dès le début de la séquence 2, Yussuf Tazim, le chef local des assassins, vous enseigne en effet comment se servir de ce nouvel outil. Plusieurs utilisations sont possibles. Cette lame-crochet permet tout d’abord de s’accrocher au décor à l’issue d’un saut mais aussi de grimper plus rapidement à la verticale. Elle est de plus nécessaire pour choper les tyroliennes et offre une nouvelle panoplie de mouvements lors des combats. Lorsqu’un ennemi se présente devant vous, vous pouvez en effet lui planter votre lame-crochet directement dans le corps ou agripper ses vêtements et effectuer un move permettant d’esquiver les autres adversaires.

Aperçu Assassin's Creed : Revelations Playstation 3 - Screenshot 37On aura également la chance de faire un petit tour par Masyaf.

La deuxième nouveauté concerne les bombes. Il est possible de récupérer divers éléments permettant de fabriquer soi-même ses engins explosifs à partir de bornes de crafting disséminées un peu partout dans la ville. Il existe énormément de combinaisons possibles. En mixant les ingrédients, vous pourrez obtenir des bombes létales (explosives, empoisonnées…) ou servant uniquement à distraire (fumée, son étourdissant…). Ceux qui le souhaitent auront de quoi s’amuser très longtemps a priori. Pour sa part, la vision d’aigle a également changé. Son intérêt s’en voit décuplé. Pour l’actionner, il faudra appuyer sur le stick droit et non plus sur un bouton. Une fois l’action effectuée, elle vous permettra par exemple de repérer dans une foule nourrie un traître ayant pourtant une allure et un look identiques au reste de la population. Il faudra pour cela bloquer une sorte de viseur sur différents protagonistes pour découvrir qui d’entre eux est le traître.

Aperçu Assassin's Creed : Revelations Playstation 3 - Screenshot 38On a connu situation plus confortable !

Mais en fait, au milieu de ces quelques petites nouveautés, c’est le système de contrôle de la ville qui s’avère être la vraie bonne surprise. On se souvient que dans Brotherhood, Ezio avait la possibilité de reprendre possession de la ville en brûlant les tours appartenant à la famille Borgia. Et bien cette fois, on retrouve un système similaire avec les Byzantins autour des Assassin’s Den. A une exception près. Et elle est de taille. Vos adversaires ont cette fois la possibilité de vous reprendre à leur tour une zone que vous contrôlez. A chaque fois que vous faites une action qui permet de vous localiser (tuer un Byzantin, acheter un objet chez un marchand…), la jauge de notoriété se remplira. Une fois pleine, l’un des Dens (repaires) en votre possession est attaquée. En passant par la map, il vous est alors facile de repérer lequel est en passe d’être capturé par l’ennemi. Vous êtes alors libre de vous rendre sur place immédiatement ou de continuer vos activités en cours pour y revenir plus tard. En revanche, d’une, vous perdez le bénéfice des rénovations que vous avez effectuées dans la zone et de deux, certaines missions ne sont accessibles qu’à partir de ces repaires. Bref, il va falloir vous y coller.

Aperçu Assassin's Creed : Revelations Playstation 3 - Screenshot 39Mais comment a-t-il fait pour ne pas voir notre lame secrète ?

Lorsque vous décidez de vous rendre sur les lieux de l’agression et de défendre votre Den, le jeu bascule en mode Tower Defense. L’action change alors complètement de nature. Votre avatar se retrouve perché sur un toit. Face à lui se trouve une rangée de maisons et il peut observer en contrebas, une ruelle menant à une zone que vous devez à tout prix protéger. Pour ce faire, vous disposez d’un certain nombre de points de moral. En dépensant ces derniers, vous pouvez acheter les services d’unités aux capacités différentes. Celles que nous avons vues utilisaient des arcs ou des pistolets. Mais on sait qu’il en existe d’autres ayant différents atouts à faire valoir. Vous avez aussi la possibilité de vous procurer des barricades. Une fois les achats effectués, vous devez disposer tout cela dans l’aire de jeu de manière à ce que les vagues d’ennemis qui vont tenter de franchir la ruelle de bout en bout soient stoppées. Dans l’optique d’arrêter vos adversaires, vous devrez donc placer les barricades dans la ruelle et les unités soit derrière ces dernières ou sur les toits face à vous. Un compteur indique à l’écran combien de temps il vous reste avant l’arrivée de la prochaine vague byzantine. A l’écran apparaît aussi le nombre d’assauts qu’il vous reste à annihiler, les adversaires étant de plus en plus coriaces à tuer. A noter que les points de moral remontent progressivement à mesure que vous tuez des ennemis. A vous de les dépenser correctement et de placer intelligemment vos troupes. Pour le reste, l’action se déroule en temps réel. A l’issue des assauts, une feuille de statistique vous résume votre performance (assassins appelés, assassins perdus, la vie qu’il reste à votre Den, le temps mis pour boucler l’exercice…). Outre le gain de la zone, vous remportez aussi de l’argent, des items, de l’expérience et de nouvelles unités.

Source : http://www.jeuxvideo.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s