Hara Kiri, jusqu’à l’os François Cavanna

Collecte méthodique de nombreuses plongées en apnée aux tréfonds de l’enfer des archives d’Hara Kiri, ce recueil représente une tentative de sonder l’insondable. Qu’on se le dise, l’ouvrage exhume les pièces maîtresse d’un type de mauvais goût revendiqué, absolu, radical et explosif. Dès lors, ses déflagrations risquent d’éprouver sévèrement les esprits délicats. Miscellanées de 25 ans de grossièretés,  Jusqu’à l’os, il est vrai, ne sent pas que la rose :  il convient donc de l’explorer comme des annales barbares, la chronique d’une belle époque révolue, lorsque le principe de précaution n’était pas encore coulé dans le bronze…   Dans un souci pédagogique, Jusqu’à l’oss’applique à dégager les thématiques essentielles à la bonne compréhension de ses  propos.  C’est ainsi que l’œuvre d’Hara Kiri est ici abordée selon une dizaine d’entrées représentatives du grand dessein ayant animé cette publication, dont une sensibilité écologique avant-gardiste (« Torchez-vous avec des arbres pour éviter la déforestation ») ou encore une défense pointilleuse des valeurs républicaines (« Liberté, Egalité, Poing dans la gueule »). La bienséance nous interdisant de détailler la conception de la sexualité et l’amour courtois selon Hara Kiri, nous renvoyons les lecteurs aux chapitres concernés : cf.  Les bas morceaux et Salopes. En revanche, les suggestions régulièrement délivrées aux aficionados de la bande à Cavanna  (chapitre 2 Suggestions) méritent d’être lus de 7 à 77 balais. Cette mine d’inventions –telle « la cafetière à vin blanc pour ceux qui n’aiment pas le café au réveil »- s’avère en effet toujours aussi pertinente pour transfigurer le morne quotidien en petit paradis.

Enfin, c’est avec un plaisir sans mélange que chaque lecteur découvrira la montre Hara Kiri, objet culte dont on comprend aisément que personne n’osa jamais le rééditer. Une aubaine, car cette tocante finement ouvragée permettra à tous de briller avantageusement en société… en attendant qu’une Rolex tombe du camion.

Une réflexion sur “Hara Kiri, jusqu’à l’os François Cavanna

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s